Modigliana

Enchâssée dans les collines des Apennins tosco-romagnols, Modigliana fait partie de la vallée du Tramazzo. Elle est traversée par les torrents Ibola, Acerreta et Tramazzo qui se jettent dans le Marzeno.
La première trace écrite de la Modigliana actuelle nous est donnée par Tite-Live (Histoire Romaine, Livre XXXI) qui mentionne la bataille de « Castrum Mutilum » qui vit la victoire des Celtes sur les Romains (201 av. J.-C.).
Il faudra attendre le Xe siècle de notre ère pour que l’union entre la comtesse Englarada et le comte Tigrin donna naissance à la dynastie des Guidi, l’une des familles les plus puissantes de Romagne-Toscane, qui régna sur la ville pendant quatre siècles. Le déclin de la famille Guidi commença en 1225, mais c’est en 1337 qu’un soulèvement du peuple, mené par Durante Doni, les chassera définitivement.
Modigliana devint ainsi un territoire du grand-duché de Toscane, Léopold II l’ayant proclamée « ville noble » en 1838. En août 1849, le prêtre et patriote Don Giovanni Verità (Modigliana 1807) rejoint Giuseppe Garibaldi sur le Tramazzo pour l’aider à échapper aux Autrichiens et écrire une page du Risorgimento italien.
En 1940, elle reçut le titre de ville.
La période d’après-guerre fut caractérisé par une évolution de son tissu économique : si au début du siècle, l’emploi reposait essentiellement sur les filatures et le travail de la soie, le territoire se démarque aujourd’hui par des activités industrielles technologiquement avancées et une agriculture d’avant-garde.
Silvestro Lega est le citoyen le plus illustre (Modigliana 1826), le plus grand représentant des Macchiaioli aux côtés de Giovanni Fattori et Telemaco Signorini.

L’association « Modigliana – Stella dell’Appennino » promeut la collaboration des producteurs de vin et d’olives du Val Tramazzo. Le territoire, qui se déroule entièrement sur le massif de grès marneux des Apennins, boisé sur les hauteurs, constitue un « terroir » unique qui caractérise les vins de Modigliano, que l’on peut même identifier grâce aux particularités environnementales des trois vallées : Acereta, pour les vins plus subtils ; Tramazzo, pour les vins d’équilibre et de perfection ; Acereta, pour les vins plus fruités et terreux. Les exploitations membres de l’association sont les suivantes : Agrintesa, Casetta dei Frati, Castelluccio, Fondo S. Giuseppe, Lu.Va. Menta e Rosmarino, Mutiliana, Il Pratello, Il Teatro, Torre San Martino, Villa Papiano. Vente directe, visites, dégustations.

ALPI S.p.A. est l’histoire d’une tradition manufacturière dédiée à l’excellence. Fondée en 1919 par Pietro Alpi, il s’agit de la première entreprise au monde à avoir industrialisé le processus de production de bois composite, ALPI a vu le jour en tant qu’atelier d’ébénisterie pour devenir une entreprise leader dans la production de surfaces décoratives. Le tournant a eu lieu dans les années 1950, lorsque Valerio Alpi a rejoint l’entreprise et que celle-ci a commencé à distribuer ses produits à l’échelle nationale. À partir des années 1980, avec Vittorio Alpi, c’est le début de collaborations prestigieuses avec les plus grands noms du design, marquant la profonde synergie entre l’entreprise et le monde du design. Piero Lissoni occupe le poste de directeur artistique depuis 2015

Dans le paysage des Apennins tosco-romagnols, un petit laboratoire artisanal produit le « Mandorlato al Cioccolato di Modigliana », un gâteau aux saveurs anciennes, né au XIXe siècle et récompensé par la médaille d’or en 1909. Dans une optique de valorisation du territoire et des traditions, Maurizio Mortani, propriétaire du laboratoire « Modigliantica », produit cette confiserie qui a été reconnue en 2010 comme un produit agroalimentaire traditionnel (P.A.T.) Emilie-Romagne et depuis 2015, figure dans l’« Arche du Goût » de Slow Food. Lonely Planet, l’un des guides internationaux les plus célèbres utilisés par les touristes et les voyageurs, mentionne le Mandorlato al Cioccolato de Modigliana dans son guide sur l’Émilie-Romagne.
À l’aube de ses 40 ans de carrière, Giuseppe Valli fabrique des chaussures artisanales et sur mesure pour les loisirs et le travail, des chaussures de cérémonie classiques pour petites et grandes tailles, avec un col montant et pour pieds larges, prédisposées pour l’insertion d’une semelle plantaire, des ceintures, des portefeuilles et des accessoires pour un style unique et inimitable. Le savoir-faire artisanal, le professionnalisme acquis au fil du temps, la dextérité et la précision dans les moindres détails et la sélection de peaux d’excellente qualité font des chaussures artisanales de Giuseppe Valli un produit unique de la plus haute qualité, apprécié dans le monde entier par une clientèle exigeante et internationale.

La Pinacothèque Silvestro Lega
comprend un important patrimoine d’œuvres relatives aux XIXe et XXe siècles italiens. Silvestro Lega, maître de la tache (Modigliana 1826), affiche une présence fondamentale avec un ensemble d’œuvres qui font de ce lieu une étape incontournable de l’histoire de l’illustre peintre. Michele Campana, journaliste et écrivain (Modigliana 1885), a jeté les bases de la création de la Pinacothèque en faisant don d’un patrimoine qui comprend des auteurs importants tels que A. Gatti, G. Micheli, A. Spadini, C. Servolini. Parallèlement à cette donation, le maire de l’époque, Gilberto Bernabei, a voulu entreprendre une politique d’acquisitions en instituant le Premio Lega (organisé de 1959 à 1968) dans le but de promouvoir l’art et de doter Modigliana d’une collection témoignant des mouvements d’avant-garde des années 50 et 60, avec des noms tels que G. Alviani, C. Pozzati et P. Mesciulam, pour n’en citer que quelques-uns. En 2013, Vitiliano Liverani et Maddalena Zanetti ont fait don d’un corpus d’œuvres allant des années 1950 aux années 1980. Parmi celles-ci : E. Vedova et D. Buzzati.
Le Musée municipal
est installé dans la maison de Don Giovanni Verità (1807-1885), le prêtre patriote devenu célèbre pour avoir donné refuge, en août 1849, à Giuseppe Garibaldi, poursuivi par les Autrichiens et les Pontifes. Le bâtiment conserve sa structure originale de petite maison bourgeoise du XIXe siècle. Le musée raconte l’histoire de Modigliana qui, à certaines périodes, a été l’une des protagonistes de l’histoire nationale, et qui a donné naissance à de nombreuses personnalités importantes telles que le célèbre peintre Silvestro Lega, le prêtre patriote Don Giovanni et l’extraordinaire chanteuse d’opéra Pia Tassinari. Sections du musée : Archéologique, Risorgimento, Résistance, Salle des armes, Pia Tassinari.
La « Roccaccia » ou Forteresse des comtes Guidi remonte au IXe siècle. Les travaux de fortification concernant toute la zone surplombant le Tramazzo ne furent achevés qu’en 1534, lorsque les murs de défense furent érigés en faveur du Borgo Nuovo, enclavé entre le Borgo Vecchio et le torrent. La forteresse a été abandonnée à la fin du XVIe siècle lorsqu’elle ne servait plus de défense. En effet, c’est à cette époque que Florence entreprit de construire d’autres places fortes militaires capables de mieux résister aux nouvelles armes. Les pillages, les tremblements de terre et l’abandon ont contribué à endommager la forteresse. Néanmoins, aujourd’hui encore, il reste un édifice imposant qui veille sur Modigliana et que l’on peut admirer depuis la route qui mène du mont Trebbio à Dovadola.
La forêt de Montebello
située sur les pentes des Apennins romagnols, elle couvre plus de 320 hectares de nature avec 22 km de routes forestières qui peuvent être parcourues à pied, à cheval et à VTT. En outre, elle comprend 2 parcours nature, plus de 30 km de chemins balisés, un réseau dense d’aqueducs et plusieurs fontaines qui peuvent toujours être utilisées. La forêt et son domaine sont reliés au réseau de sentiers du CAI (Club alpin italien) de l’Apennin supérieur de Faenza ainsi qu’au réseau de sentiers du parc national des Forêts Casentinesi. Montebello est également traversé par l’important Chemin d’Assise. La Forêt et ses sentiers sont organisés avec des aires de repos.
Les comtes Guidi
ont régné pendant plus de quatre cents ans, ont été l’une des plus importantes familles comtales d’Italie et leur histoire fut entremêlée avec les événements politiques et militaires de l’époque. La famille guelfe des Guidi a été impliquée dans plusieurs événements contre les Gibelins du centre de l’Italie, dont l’un est également évoqué par Dante Alighieri dans l’ENFER, XVIe Chant (versets 37 à 40) de la Divine Comédie. En effet, Guido Guerra a participé à la bataille de Bénévent (1266) aux côtés des Guelfes de Charles Ier d’Anjou à la tête d’un escadron de cavalerie lourde, contribuant ainsi à la défaite finale des Gibelins en Toscane. C’est pour cette raison que Dante, qui se rangeait fondamentalement du côté de l’Empire, le situa dans le cercle des sodomites :
« il fut petit-fils de la noble Gualdrada
Guido Guerra était son nom, et dans sa vie,
il fit beaucoup par la sagesse et par l’épée »

Explorez toutes les rues de Dante...