Bagno di Romagna

À la limite entre la Romagne et la Toscane, Bagno di Romagna est un village millénaire, célèbre pour ses eaux thermales depuis l’époque romaine, porte d’entrée du parc des Forêts du Casentino, temple du Slow living, et depuis 2005, « Borgo Arancione » du Touring Club italien.
Dante connaissait certainement bien le territoire à cheval entre la Romagne et la Toscane, qu’il a parcouru en tant que « fugitif gibelin » : la Comédie mentionne différents lieux de la vallée de Savio, des sources du Tibre jusqu’à Césène, et de nombreux personnages locaux, de Guido Novello de la maison des comtes Guidi, qui possédait diverses propriétés sur le territoire de Bagno di Romagna, à Lizio da Valbona, issu d’une famille noble de la haute vallée du Bidente, ou encore Guido Salvatico qui, selon la tradition populaire, accueillit Dante lors de son pèlerinage au château de Vessa, une étape de l’itinéraire Val di Bagno Trek.
Le territoire du parc national des Forêts du Casentino figure de manière explicite dans la Comédie (les cascades d’Acquacheta, dans la vallée d’en face) et a probablement été la source d’inspiration du chant d’ouverture de la Comédie.
Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, il est possible de se retrouver « dans une forêt obscure » (Enfer, I 2) en choisissant l’un des nombreux sentiers du parc, dont 5 000 hectares se déroulent dans la commune de Bagno di Romagna. Comme la vallée de Pietrapazza, l’une des principales portes d’entrée du parc, avec ses petits mondes anciens faits d’églises paroissiales, de moulins et de cimetières abandonnés mais bien conservés qui témoignent de la ténacité des montagnards qui y ont vécu jusque dans les années 1960.
Des petits lacs du Comero (lac Pontini, Lungo, Acquapartita) au Sentiero degli Gnomi (Sentier des Gnomes), des palais conçus par la domination florentine aux auberges et restaurants étoilés, à Bagno di Romagna, vous pouvez respirer la nature d’un village accueillant et hospitalier, prêt à vous recevoir.

Les anciens Romains furent les premiers à reconnaître les vertus curatives des eaux chaudes de Bagno di Romagna : vers 266 avant J.-C., ils y construisirent un temple ainsi qu’un complexe thermal très prisé, dont il est fait mention dans les Épigrammes de Martial.
Aujourd’hui, si votre objectif est d’atteindre le bien-être et de vous régénérer, Bagno di Romagna est l’endroit qu’il vous faut. Le Grand Hotel Terme Roseo, l’Hotel delle Terme Santa Agnese et le Ròseo Euroterme Wellness Resort sont des hôtels quatre étoiles et des structures médicales où l’eau offre une expérience complète de bien-être, santé et détente.
Les eaux thermales de Bagno sont une pluie tombée il y a 10 000 ans et qui, au fil des millénaires, s’est réchauffée pour refaire surface, enrichie d’éléments actifs naturels aux pouvoirs curatifs : c’est pourquoi elles constituent d’excellents alliés pour la santé des os, du système vasculaire, des voies respiratoires, du système gastro-intestinal, contre le diabète et le cholestérol. Un véritable miracle de la nature !
Et de même que les eaux de Bagno procurent des bienfaits aux voyageurs d’aujourd’hui, les eaux des fleuves du Purgatoire traversés par Dante ont des vertus curatives pour l’esprit : si le Letè purifie du souvenir du mal commis, du fleuve Eunoè Dante nous dit qu’il est sorti régénéré, … « revivifié comme l’est une plante nouvelle/renouvelée d’un nouveau feuillage,/pur et prêt à monter vers les étoiles » (Purg. XXXIII). Qui sait, peut-être que Dante a fait lui-même l’expérience du pouvoir de guérison des eaux thermales !

En évoquant la « forêt obscure », Dante s’est probablement inspiré du territoire qu’il a traversé plusieurs fois en tant que « fugitif gibelin », la zone entre la Romagne et la Toscane qui correspond aujourd’hui au parc national des Forêts du Casentino, Monte Falterona et Campigna, une zone d’environ 36 000 hectares répartie de manière égale entre les deux régions.
Caractérisé par des villages riches en histoire qui offrent aux visiteurs un merveilleux cadre naturel, avec d’innombrables espèces animales et végétales, le Parc peut être exploré en toute saison en partant pour d’agréables randos à pied, à VTT ou à cheval le long des 600 km de sentiers.
Le territoire de Bagno di Romagna englobe la réserve naturelle intégrale de Sasso Fratino, la première à avoir été créée en Italie (1959), qui depuis 2017 est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO avec ses précieuses forêts vétustes de 500 ans. Ici, la conservation de la nature est conçue dans sa globalité (flore, faune, roches, sol, eau) et aucune activité forestière n’est pratiquée. L’objectif de la réserve est la conservation intégrale à des fins scientifiques, une perle à préserver et à admirer, à « regarder sans toucher ».

Dans l’un des plus beaux cadres naturels d’Italie, s’élève le barrage de Ridracoli, un ouvrage d’ingénierie à l’avant-garde, mais aussi un exemple d’équilibre parfait entre l’œuvre de l’homme et la zone protégée du parc national des Forêts du Casentino qui l’entoure.
Ne manquez pas la promenade en bateau électrique sur le lac ou l’excursion guidée en canoë, accompagnée d’un moniteur expert. Pour les amateurs des deux-roues, il est possible de louer un vélo électrique et d’explorer les vastes environs, tandis que ceux qui préfèrent le trekking peuvent faire une promenade facile le long de la couronne du barrage ou dans les bois, jusqu’au refuge de Cà di Sopra, et pourquoi pas, s’arrêter pour pique-niquer au bord du lac.
D’un intérêt tout particulier, l’« Idro Ecomuseo delle acque di Ridracoli » (Écomusée des eaux de Ridracoli), qui raconte les eaux précieuses et le territoire du parc d’un point de vue technologique, paysager et naturel, avec une approche interactive qui va des expériences manuelles aux expériences virtuelles.

Laissez votre scepticisme de côté et plongez dans le Royaume de l’Imagination : pour cela, il suffit de traverser le petit pont qui enjambe le fleuve Savio, près des jardins publics à quelques pas de la place du village, et de suivre le Sentier des Gnomes, un sentier d’environ deux kilomètres dans les bois où vous pourrez entrer en contact avec la nature et le monde magique des gnomes.
Le sentier est facile, ponctué de petits ponts, de panneaux, de sculptures en pierre, de silhouettes d’animaux, de cabanes en bois, avec une boîte aux lettres où les enfants peuvent laisser des messages à leurs amis gnomes (qui répondent toujours à tout le monde !). Au sommet, à la Clairière des gnomes, vous pouvez vous asseoir sur des sièges en bois et admirer ce merveilleux Royaume de l’Imagination, et peut-être même rencontrer le gnome Savio, la fée Sfoglina et leurs amis.
De nombreuses expériences ludiques et relaxantes sont à vivre ensemble sur le sentier : vous pouvez participer à la chasse au trésor ainsi qu’au pique-nique des Gnomes, marcher pieds nus dans la nature, explorer la forêt comme dans les contes de fées et, les soirs d’été, partir en promenade dans la forêt magique : un parcours fait de lumière, musique et poésie.
Les gnomes vous attendent à Bagno di Romagna !

À Bagno di Romagna, la gastronomie romagnole (lasagnes, tagliatelles, tortellini, passatelli, piadina, ravioli…) se marie aux traditions plus sobres de la Toscane (viandes, charcuterie, crostini…), créant ainsi des expériences culinaires inoubliables que l’on peut déguster aussi bien dans les trattorias familiales disséminées sur tout le territoire que dans les établissements les plus raffinés et prestigieux (dont certains sont étoilés dans le guide Michelin).
À la base des plats les plus identitaires, on trouve des produits locaux et de saison : cèpes, châtaignes, truffes noires et blanches, charcuteries et jambons, gibier, miel et chocolat de fabrication artisanale, fromages affinés ou frais. Ces derniers comprennent le raviggiolo DOP, un sublime fromage blanc au lait cru, à pâte molle, à déguster très frais.
Parmi les créations culinaires, la soupe aux châtaignes, haricots et pommes de terre est savoureuse ; les basotti, des nouilles spéciales gratinées, sont uniques ; le plat unique des tortelli nella lastra, garnis aux herbes ou aux pommes de terre, est ingénieux, économique et distinctif ; la focaccia bagnese, le castagnaccio, le lattaiolo, tous valent la peine d’être essayés.
Ne manquez pas les fêtes gastronomiques d’automne, où vous pourrez assister à une explosion de saveurs dans les rues des villages de Selvapiana et Bagno di Romagna, entourés du spectacle coloré des feuillages d’automne.

Basilique S. Maria Assunta et Musée d’art sacré
Au cœur de Bagno di Romagna, dans le centre historique, se dresse la basilique de Santa Maria Assunta, dont l’existence est attestée depuis 861. L’édifice, à une seule nef et sept chapelles de chaque côté, possède un portail roman à colonnes, mis au jour lors de la restauration des années 1960, auquel a été superposé le portail de style Renaissance.
La basilique est un exemplaire unique sur ce territoire de la « Romagne toscane » : en effet, ses autels contiennent de précieuses œuvres d’art de la période de la Renaissance florentine, parmi lesquelles on peut admirer : Le Triptyque de Neri di Bicci (datant de 1468, placé au centre de l’abside), la statue de Santa Agnese, la Vierge à l’Enfant (également connue sous le nom de Vierge de la Rose), toute la chapelle Salvetti (par Michele Tosini, connu sous le nom Michele de Ridolfo del Ghirlandaio).
La basilique est le cœur du musée d’art sacré, un itinéraire d’exposition qui comprend le presbytère de la paroisse de Bagno di Romagna et l’oratoire de la Madonna del Carmine. Le musée conserve plus de 200 œuvres, y compris des tableaux et des meubles précieux, anciens et rares. La collection a été conçue par monseigneur Alfiero Rossi, curé de Bagno di Romagna, qui collecte et valorise le patrimoine artistique et culturel local depuis 1966.

Le palazzo del Capitano
En vous promenant dans les rues de Bagno di Romagna, vous aurez sûrement l’impression de vous trouver en Toscane. La longue relation que ces lieux entretiennent avec Florence se lit encore dans les atmosphères, l’architecture, les églises et les palais des institutions.
Le plus important d’entre eux est le palazzo del Capitano avec sa façade unique en son genre, habillée de plus de 70 blasons, qui ont retrouvé toute leur splendeur en 2003, et qui nous ramènent à l’époque où les capitaines scellaient leur mandat dans le Val di Bagno en plaçant un emblème sur l’édifice.
Aujourd’hui, le palais est le centre de la vie culturelle de Bagno et le symbole de son hospitalité. Il abrite l’office du tourisme, le centre d’accueil du parc national des Forêts du Casentino, la bibliothèque et les archives historiques municipales.

Corzano : Forteresse, ermitage, chemin muletier
Sur la colline ronde de Corzano, une oasis de verdure et de silence derrière San Piero in Bagno, se dressent les vestiges d’un château (éléments de la courtine polygonale, citerne, fondations de la forteresse) ainsi qu’un petit sanctuaire élégant, agrandi au XIXe siècle pour vénérer l’image de la « Vierge à l’Enfant », représentée dans une fresque du XVe siècle à l’intérieur d’une petite église au milieu des ruines du château : invoquée par la population en 1835 pour calmer les forts tremblements de terre, aujourd’hui encore, elle continue d’être fortement honorée par la population locale.
Ces lieux renferment l’identité et l’histoire de San Piero in Bagno : un village, une communauté, qui a maintenu des liens étroits avec le lieu au pied duquel il est né au Moyen Âge.
Le chemin muletier d’origine médiévale qui, tel un cordon ombilical, relie le village au sommet de la colline, a été entièrement réaménagé et restauré par l’association locale « Il Faro di Corzano » il y a quelques années. Le parcours est jalonné de 14 grandes stations en bronze du chemin de croix (1990), réalisées par l’artiste Carmelo Puzzolo, natif du lieu, identiques à celles qu’il avait réalisées pour le mont Krizevac au sanctuaire de Medjugorje.

La source du Chiardovo
Tout juste à l’extérieur du centre de Bagno di Romagna, une agréable et romantique promenade dans la nature mène à la « Fonte del Chiardovo », un lieu d’où jaillit une eau thermale froide (sulfureuse-bicarbonate, oligominérale) à l’odeur caractéristique d’œuf, connue pour ses bienfaits sur les troubles gastro-intestinaux légers.
L’allée ombragée par les tilleuls qui mène à la source a été construite en 1936 et se développe sur environ un kilomètre, bordée par les eaux fraîches du torrent Volanello, qui traverse des champs labourés et des jardins potagers.
Goudronné et fermé à la circulation, il s’agit d’un parcours adapté à tous dans un lieu sain et relaxant, plongé au milieu de la verdure et de la fraîcheur, ponctué de bancs et d’une aire de repos avec des tables, le parc Crisolini.
Le sentier est également ouvert la nuit grâce à l’éclairage sur toute sa longueur, et lors des fraîches soirées d’été, vous pourrez profiter de la promenade accompagnée des lucioles – une expérience à ne pas manquer.

Explorez toutes les rues de Dante...